Un autre regard

Christophe Brachet fait désormais partie du paysage du Festival de Saint-Jean à travers ses portraits. Ce jeune homme d'abord photographe sous-marin parce que d'origine martiniquaise est ensuite entré dans le monde du jazz à son arrivée à Paris. Et d'emblée il a pris le parti du noir et blanc. "Cela convenait mieux à l'atmosphère des salles où se produisaient les jazzmen, dit Christophe. En plus les photographes que j'admirais le plus, Cartier-Bresson par exemple, s'exprimaient en noir et blanc. En plus, depuis le début j'ai fait le choix de ne produire que des photos non retouchées, une ouverture vers les photos de monsieur-tout-le-monde". Encore que... Il vaut mieux avoir son oeil. Il est entré dans la sphère cinématographique grâce à Dominique Besnehard. Il y est maintenant très apprécié. (Voir